Typologie

From IRDATA
Jump to: navigation, search
Cette initiative de Recherche Libre pour un Libre Savoir étend à la datalogie une préoccupation technique et juridique initiale pour les datamasses.



L'analyse montre qu'il existe plusieurs variétés de données. Cette page cherche à les recenser, à les qualifier et à en discuter dans le but d'en établir une typologie de travail.


Page à revoir et intégrer avec le travail en cours sur les specifications du dataspace
et sur l'intégration des normes ISO 11179 de l'ISO/IEC JTC1 SC32 WG2



Existence de la donnée


toute quiddité dispose d'une existence
  • résultant de données formelles,
  • décrite par une essence de métadonnées (données sur les données),
  • dont le mouvement obeit aux relations de ses syllodonnées (données sur les liens des données liées)


diktyologie des données


la communication résulte de l'énonciation des données (données) à travers le maillage (dyktios) de l'univers qui les "masse" (McLuhan) jusqu'à ce qu'elles soient captées (capta). Leur intellition va les traiter (tracta) pour augmenter la connaissance du destinataire de l'information qui en résulte.


Les données distribuées (dodies/didas)


Les données peuvent être réunies en bases ou atteintes via un réseau.


Datamasses


Une datamasse est un nuage de données semblant réunies par une entéléchie.


Les codonnées (gig data)


Les données sont attelées entre elles par leurs syllodonnées et forment alors des systèmes, des datamasses et des agoras de codonnées.


Les big data


La profusion de données d'un écosystème réclame des considérations et des outils spécifiques.


Applications


Il semble que la manière dont "le réseau est l'ordinateur" se fait par un mécanisme conceptuel simple dans une approche multi-acteur : collecte, massage monolectique, dialectique ou polylectique, rendu réentrant ou non (phénomène de boucle, ou d'enchaînement d'acteur en acteur).
Ceci montre pourquoi les applications peuvent se résoudre à des protocoles entre bots de traitement algorithmique de données ontologiques (architecture ASAP : "application as a protocol"). L'ontologie est le reposoir des savoirs : informations captées et traitées selon
  • leurs propres indications,
  • la curation propre au propre au protocole,
  • l'intellition propre au bot.


Notes : syllodonnées


La descente au niveau discontinu des aggrégation d'atomes digitaux appelle deux remarques fondamentales :
  • la mise en relation entre les quanta discontinus qui permet les continuités est fournie par les champs impliqués par les syllodonnées.
  • la matéralité est un domaine à au moins quatre prémisses dimensionnelles qui se traduisent par le "q-bit", c'est à dire à un oui ou non (sans milieu) orienté par une question. Gregory Chaitin : l'univers est un immense ordinateur quantique qui calcule en parmanence la valeur de sa propre évolution.